Conseils santé

Voyager en famille avec des personnes agées

Bonne nouvelle pour les seniors : ne sont véritablement âgées, aujourd’hui, que les personnes du 4e âge ! Jeunes retraités et autres vigoureux grands-parents, sachez donc que vous n’êtes pas directement concernés par ce qui va suivre. Toutefois le sujet peut vous intéresser si vous partez avec un parent de 75 ans ou plus.

Avant le départ

Parce que l’espérance de vie augmente, que l’âge de la retraite recule et que les voyages sont moins épuisants qu’à ses 20 ans, il est permis de rouler sa bosse ! L’âge n’est pas en soi un état pathologique et un voyageur senior en bonne santé n’est guère plus à risque qu’un autre voyageur. Mais pas d’imprudence : une visite médicale avant le départ est toujours indispensable. Votre médecin sera à même de juger de la faisabilité du séjour, notamment si la personne est atteinte d’une maladie chronique telle que diabète, problèmes cardiaques (trouble du rythme et/ou de la conduction avec risque de syncope, angine de poitrine, Insuffisance cardiaque et/ou coronarienne, HTA….), cancer, insuffisance respiratoire (asthme, Bronchite chronique, emphysème…) ou insuffisance rénale. Il faut effectivement profiter d’une stabilisation de son état pour voyager et ce n’est qu’après une période de 3 à 6 mois sans hospitalisation, même en hôpital de jour, que l’on considère la maladie comme stable et le malade apte à voyager. Seul l’avis du médecin traitant peut juger de votre état général et de la notion de stabilité.

Cette consultation médicale avant départ vous permettra de juger :

* de la faisabilité du voyage ;

* de l’adaptation éventuelle des conditions du voyage ;

* des vaccinations à pratiquer (c’est au cours de la visite préparatoire, avant le départ, que la personne âgée ou vous-même allez pouvoir faire le point avec le médecin traitant sur les vaccinations usuelles et les vaccinations spécifiques au voyage que vous projetez ;

* des médicaments à emporter afin de  partir avec une ordonnance mentionnant les traitements en cours sous leur dénomination commune internationale (par exemple, la DCI de l’aspirine est l’acide acétylsalicylique) ; Assurez-vous également d’avoir toujours sur vous le traitement habituel en double , dans vos bagages à main  et dans vos bagages en soute et attention aux prises médicamenteuses (associations déconseillées comme Mefloquine et bétabloquants par ex.; photosensibilisation avec la Cordarone….)  et du dernier compte-rendu médical -s’il est en anglais, c’est encore mieux- résumant la situation de la personne (ses antécédents, le descriptif de sa maladie, les résultats des derniers examens ou tests pratiqués).

Dans les grandes lignes, sachez que : (1) les vaccins contre le tétanos, la poliomyélite et la diphtérie doivent être mises à jour pour tous les voyageurs. Les autres dépendent de la destination et des conditions du séjour. (2) Le vaccin contre la fièvre jaune est indispensable pour tout voyage en zone endémique (Afrique tropicale, Amérique du sud), même en l’absence d’obligation légale.

Pour plus d’informations, et au besoin, n’hésitez pas àcontacter le centre de vaccination le plus proche de votre domicile et consultez notre page vaccinations.

Quelques éléments sont à prendre en compte pour vérifier que l’organisation du voyage est compatible avec les capacités du sujet ; Il faut donc…

Bien choisir sa destination

Il va sans dire que le trek, passé un certain âge, ce n’est pas très raisonnable. Mais saviez-vous que :

  • L’avion et les séjours en altitude (y compris dans des villes comme Mexico ou La Paz)  peuvent provoquer la décompensation d’une insuffisance cardiaque ou respiratoire habituellement bien équilibrée ?
  • Le décalage horaire peut causer des soucis plus graves qu’une simple insomnie ? Il faut notamment faire très attention si la personne doit prendre certains médicaments à des heures régulières. C’est le cas de l’insuline, par exemple. Votre médecin pourra vous expliquer la meilleure procédure à respecter.
  • Les pays tropicaux ne sont pas toujours synonymes de paradis terrestres ? Pour la personne âgée, une déshydratation liée à la chaleur excessive, mais surtout à une éventuelle « turista », peuvent entraîner de sérieuses complications. Voir nos conseils pour éviter le turista.

En résumé : choisissez soigneusement votre lieu de destination, et votre type de vacances

La prévention du paludisme

Pensez à vous renseigner sur les risques de paludisme, les mesures de prévention, et ses symptômes avant le voyage. Les personnes âgées font partie des sujets sensibles qu’il faut plus particulièrement veiller à protéger. Votre médecin pourra vous donner les informations nécessaires et vous prescrire un traitement préventif adapté à son cas. Vous pouvez également consulter notre article consacré au paludisme.

Quelques spécificités :

  • Capacité de récupération et d’adaptation : Le voyage doit se faire avec un  confort minimum et il est impératif de ménager des périodes régulières de repos.
  • Sensibilité à la soif diminué chez les personnes âgées : il faut donc maintenir une bonne hydratation d’autant que les raisons d’oublier de boire régulièrement sont plus nombreuses en voyage (transferts en bus, visites  touristiques …) ; il est donc indispensable de contrôler la couleur des urines).
  • Risque de dénutrition plus rapide : il faut maintenir un  bon équilibre alimentaire et un apport calorique suffisant.
    • Pour les porteurs de pacemakers,  emporter le relevé des caractéristiques techniques de l’appareil ; Rassurez-vous, le fonctionnement des pacemakers n’est en général plus affecté par les détecteurs des métaux des aéroports mais il faut systématiquement questionner et informer le personnel de sécurité.
    • Pour les hypertendus,  la chaleur et la transpiration peuvent aggraver une hypertension ; il faudra faire attention aux aliments salés (crustacés) et en cas de traitement par diurétiques au risque de majoration de déshydratation.
  • Pour les diabétiques insulinodépendants : l’insuline se conserve bien à température ambiante le temps du voyage mais ne doit pas être congelée (ne pas la mettre en soute !) Il faudra présenter l’ordonnance aux services de sécurité aéroportuaire. Il faut prévoir de s’adapter d’emblée à l’heure locale, d’adapter le traitement si une activité physique inhabituelle est prévue au cours du voyage et pratiquer l’auto surveillance glycémique régulièrement surtout au début du voyage. Pensez à emporter des sucres d’action rapide contre d’éventuelles hypoglycémies et des collations en cas de retard sur les horaires des repas et une attention toute particulièrement doit être apportée à l’hygiène et au confort des pieds.

Pendant le voyage

Simple comme bonjour : prenez toutes les recommandations habituellement faites à Monsieur et Madame Tout-le-monde. Si Monsieur ou Madame Tout-le-monde sont des personnes du 4e âge, alors redoublez de vigilance ! Rappelons ainsi que :

  • Le risque de phlébites est particulièrement élevé pendant les longs trajets en bus ou en avion. Il faut éviter de rester immobile trop longtemps et boire régulièrement de l’eau (au moins un litre toutes les quatre heures). Si les déplacements fréquents sont impossibles, pratiquez des exercices pour faire travailler successivement les différents groupes de muscles des membres inférieurs : ceux du pied, du mollet et de la cuisse, suivis de périodes de relâchement musculaire complet associées à une respiration lente et profonde. En cas de varices ou d’insuffisance veineuse, pensez aux bas de contention, très utile pendant les longs trajets. Enfin, ne surtout pas abuser de l’alcool (y compris le vin) qui accélère la déshydratation et l’apparition de troubles vasculaires.
  • Une fois bien arrivé sur place, se laver les mains fréquemment, éviter de se baigner ou de marcher dans les eaux douces stagnantes, et se protéger du soleil et des moustiques, font partie de ces petits gestes qui changent tout.
  • N’attendez pas votre retour pour consulter un médecin en cas de problème. Si vous avez des questions ou des doutes concernant l’état de santé de la personne âgée, le médecin régulateur de sa société d’assistance est à sa disposition pour l’écouter et l’aider. Il peut vous donner des conseils utiles, se mettre en rapport avec son médecin traitant et organiser une consultation sur place

Voilà. Toutes ces précautions vous vaudront un superbe voyage et de superbes souvenirs avec vos seniors ; à votre retour, pensez à nous poster une anecdote !

8
​​​​​
Imprimer Envoyer

A lire également

constipation-voyagezen
Que faire en cas de constipation pendant un voyage ? 
Infographies-voyagezen
Que faire en cas de problème à l'étranger ? 
bebe-en-avion-voyagezen
10 conseils pour voyager en avion avec bébé 

Laisser un commentaire

CAPTCHA Image
Reload Image
*