Témoignages

Chute de bateau à Pattaya

Roland, 36 ans, est en Thaïlande au bord de la mer. Comme c’est une zone touristique -toute la Thaïlande est touristique- on y propose de très belles balades en bateau et Roland n’y résiste pas.

Sauf que voilà, Roland a chuté pendant l’excursion (pas de chance). Direction l’hôpital. Les douleurs lombaires l’ont cloué au lit et il a raté son retour en avion (double peine). L’hôpital lui a parlé des factures à payer (triple peine).

C’en est trop pour Roland qui nous demande assistance depuis l’hôpital où il se trouve.

Jour J.

Le contact médical est la première intervention : Que s’est-il passé ? Quel est l’état du patient ? Quel traitement a été prescrit ? Le médecin régulateur de Mondial Assistance à Paris, prend les infos directement auprès du médecin thaï qui s’est occupé de Roland à l’hôpital. Apparemment ça va quand même mieux depuis quelques heures, il peut marcher avec un corset si on l’aide. Il a un peu moins mal.

La décision médicale est vite prise : il faut aider Roland à rentrer en France car il ne pourra pas rentrer seul ou alors très difficilement.

Parallèlement, Mondial Assistance prend en charge les frais médicaux qui s’accumulent : analyses, soins, médicaments, chambre… Roland évitera donc les négociations sans fin, en anglais approximatif avec les comptables de l’hôpital.

J+2.

Depuis 48 heures maintenant, entre médecin et chargé d’assistance à Paris, et médecin local et chargé d’assistance à Bangkok, le rapatriement s’organise. Récupérer un médecin ou un infirmier transporteurs en France, préparer les ambulances à Roissy et à Bangkok, acheter les billets d’avion (au meilleur prix, pas le plus bas, le meilleur), rester en liaison avec le voyagiste de Roland ; vérifier que le patient est stable et « fit to fly ».

« fit to fly » ou « fitness to fly » : c’est le fait que le patient est apte au transport aérien. Souvent concrétisé par un certificat médical et un formulaire de compagnie aérienne.

Coût des billets d’avion (en Club) avec chaise roulante : 5 400 €, y compris le trajet entre Roissy et quelque part au centre de la France, près du domicile de Roland.

Téléphone, courriel, fax… Tous les moyens sont bons pour discuter avec l’Asie et compenser le décalage horaire.

Lors d’une conversation téléphonique avec Roland, une info tombe : il peut rester dans la même position pendant quelques heures, trois ou quatre, mais pas plus ; après il ne tient plus et doit s’allonger au moins une heure.

Qu’en diront les médecins ? Faudra-t-il annuler toutes les réservations et les refaire ? Pour quand ? Il faut désormais attendre un nouvel examen et l’avis médical.

J+4.

Info de nos collègues à Bangkok : « Le patient ne sera pas sortant avant 48 heures. On a redemandé un bilan médical et une confirmation fit to fly. On vous tient au courant. » Ce qui est critique car l’infirmier doit partir de Paris ce soir… De plus, le patient affirme que le médecin l’a autorisé à quitter l’hôpital. Il faut encore de nombreux échanges pour clarifier la situation.
Air France accepte de conserver les réservations jusqu’à demain, malgré la période de forte affluence sur ce trajet (rappelez-vous, c’est touristique la Thaïlande). Passé ce délai, il faudra tout recommencer.

J+5.

Complication. Durant la nuit, une douleur abdominale aigue, correspondant à une vieille hernie ombilicale qui s’est étranglée, a nécessité une laparotomie en urgence. En gros, Roland s’est fait ouvrir le ventre et dénouer un boyau. Cinq jours d’hospitalisation supplémentaires à prévoir. Billets annulés, ambulances annulées ; l’infirmier part sur un autre rapatriement, ailleurs dans le monde.

5 jours d’hospitalisation, en plus des 5 jours déjà passés, ça inquiète un peu Roland qui est dans le gaz.

L’assurance voyage contractée lors de l’achat auprès du voyagiste couvre 4575 €. C’est un peu court maintenant. Après quelques questions, la chargé d’assistance apprend à Roland qu’il bénéficie aussi de l’assistance de sa carte bleue (mais c’est un autre assisteur) ; il peut donc l’appeler et lui demander de se mettre en contact avec nous pour compléter la prise en charge des frais médicaux. Mais il faudra que Roland réussisse à récupérer son numéro de carte bleue, bloquée à la comptabilité de l’hôpital.

1ère approximation des frais d’hospitalisation : 231 484 bahts. À 45 bath l’euro, ça nous fait plus de 5 100 € à payer. Pour l’instant.

Le résumé du dernier bilan médical du jour : « Bonne évolution post-opératoire. Sortie dans 7 jours« .

J+8.

Roland nous contacte. L’hôpital lui demande s’il a un hôtel où aller, car il semblerait qu’il puisse s’en aller. Or il n’a plus aucune adresse, vu qu’il est censé être rentré depuis 8 jours. Il se lève, mange, mais ne peut porter ses bagages ni rester assis ou debout très longtemps. Les médecins reprennent contact immédiatement et bonne nouvelle ! Le patient est officiellement fit to fly. Tout le monde est OK pour un rapatriement médical, avec une chaise roulante, et en Club s’il vous plait. En plus, Roland pourra rallier directement son domicile, pas besoin d’hospitalisation de suivi en France. C’est reparti pour tout organiser.

Par contre, la date a changé, et les tarifs des billets d’avion aussi : 10078,86 € au total dont 3824 € rien que pour l’aller simple de Roland. Les collègues en Thaïlande s’occupent de réserver l’ambulance à Bangkok, et l’hôtel pour Ludo, notre infirmier qui arrive de Paris.

Cout de l’ambulance à Bangkok : 14 100 bahts, environ 300 €.

Les avions sont pleins entre Paris et le domicile de Roland, au centre de la France. Le trajet se fera donc en ambulance depuis Roissy. Coût à prévoir : 1 209,72 €.

En parallèle, les informations sont transmises au plateau d’assistance de la carte bleue de Roland.

J+11.

Ludo, prend connaissance des derniers rapports médicaux et part pour Roissy.

J+12.

Roissy 06:50. Atterrissage du AF164 avec à son bord un infirmier, une chaise roulante et un Roland bien fatigué mais heureux de poser le pied en France. À quelques kilomètres de là, dans Paris, les chargés d’assistance et les médecins de Mondial Assistance sont en train d’aider d’autres malchanceux.

Le montant final transmis par l’hôpital est de 300 392 THB, soit plus de 6 200 €.

Une assurance classique seule ne pouvait pas couvrir la totalité des frais. Heureusement que Roland en avait deux.

Cout total pour assister Roland dans sa galère en Thaïlande : plus de 26 000 €. Cela lui a évité de payer un retour en avion à 3 800 €, une ambulance de 300 € et une autre de 1 200 € et des frais d’hospitalisation de plus de 6 200 €.

Et vous ? Vous sentez-vous chanceux en voyage ?

Le prénom a été changé.
0
​​​​​
Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer

A lire également

5 activités à découvrir autour du monde pour Halloween 
Danseuse de samba à Rio
Témoignage : les dessous du Carnaval de Rio 
Bilan d'un accident à Rio
Accident de voiture à Rio 

Laisser un commentaire

CAPTCHA Image
Reload Image